Massage poétique

Hier j’ai eu la chance de vivre l’ex­pé­rience d’un mas­sage poé­ti­que, un concept ima­gi­né et réa­li­sé par Ro­zenn Guil­cher et l’équipe du Voya­ge in­té­rieur.

Concrè­te­ment, après m’avoir de­man­dé com­ment je me sen­tais, si j’avais des ­dou­leurs ou in­con­forts par­ti­cu­liers, il m’a été pro­po­sé de don­ner deux mots ­qui me pas­saient par la tête. Vu le contexte de ces der­niers jours, les mots ­qui me sont ve­nus sont so­leil et odeur de l’herbe cou­pée. J’ai choi­si un ­mas­sage thaï et Cé­cile m’a ins­tal­lé sur un fu­ton sous un arbre. Ro­zenn s’est as­sise lé­gè­re­ment en re­trait.

Le cadre était idyl­li­que : une lé­gère bri­se, des arbres et hautes her­bes a­len­tour, des chants d’oi­seaux…

Le mas­sage thaï m’a vite em­por­té. C’est un mas­sage dy­na­mique qui met le corps en mou­ve­ment en pro­fon­deur. On a l’im­pres­sion d’être por­té, d’être ma­ni­pu­lé ­par plu­sieurs per­sonnes à la fois, on perd par­fois un peu le fil de ce qui se ­passe. C’est ex­trê­me­ment agréable.

À ma suite du mas­sa­ge, alors que je suis dans un état lé­gè­re­ment se­cond, em­por­té par les bien­faits du mas­sa­ge, Ro­zenn s’ap­proche de mon oreille et me ­dit à l’oreille le texte qu’elle a com­po­sé. Ce mo­ment est un vrai ca­deau ! Que ce soit la qua­li­té de la dic­tion, du souf­fle, des si­len­ces, la qua­li­té du ­poème ou en­core les images

Leave a comment
The name you want to show others