Un de mes projets du moment : rendre.fr

image du logo de rendre.fr

Ce­la fait quelques mois que j’ai mis un ligne un de mes pro­jets per­son­nels : https://­rendre.­fr, un ser­vice pour vous ai­der à re­trou­ver des ob­jets ­per­dus avec l’aide des gens !

Ce ser­vice a pour ori­gine le constat que la plu­part des gens sont prêts à ­rendre un ob­jet trou­vé à son pro­prié­tai­re, mais qu’il est sou­vent im­pos­sible d’en­trer en com­mu­ni­ca­tion avec ce der­nier. On voit ain­si fleu­rir ­sur les ré­seaux so­ciaux les an­nonces re­la­tives à des ob­jets trou­vés en quê­te de leur pro­prié­taire.

Fonctionnement

logo de rendre.fr

L’idée prin­ci­pale — ­qui en soi n’est pas nou­vel­le — est de mar­quer les ob­jets a­vec un iden­ti­fiant qui per­met à la per­sonne qui trouve l’ob­jet, d’en­trer en ­con­tact avec son pro­prié­taire. La nou­veau­té est de mar­quer les ob­jets avec des a­dresses in­ter­net (URL), re­con­nais­sables comme telles.

Les prin­ci­pales ca­rac­té­ris­tiques sont les sui­vantes :

  • le ser­­vice est gra­­tuit et re­­pose sur les dons des uti­­li­­sa­­teurs pour é­­qui­­li­­brer les frais de fonc­­tion­­ne­­ment.

  • cha­­cun peut choi­­sir le nom de do­­maine qu’il pense être le plus à même d’être ­­re­­con­­nu ou com­­pris par la per­­sonne qui trouve l’ob­­jet.

    Ain­­si en Fran­­ce, on pour­­ra uti­­li­­ser cqi.­­fr ou rendre.­­fr. Dans des pays an­­glo-­­saxons, bback.org, bback.me se­­ront plus adap­­tés. Pour les ­­néer­­lan­­dais, kwi­­jt.­­nu se­­ra plus ap­­pro­­prié. Plus glo­­ba­­le­­ment, les do­­mai­­nes hooz.it et lost.re sont aus­­si dis­­po­­nibles.

  • nous ne four­­nis­­sons pas d’éti­­quet­­te, car il est dif­­fi­­cile de four­­nir des ­­for­­mats ap­­pro­­priés aux dif­­fé­­rents usages. Vous pou­­vez uti­­li­­ser tout moyen à ­­votre dis­­po­­si­­tion pour mar­­quer vos ob­­jets.

    À titre per­­son­­nel, j’uti­­lise fré­­quem­­ment des éti­­quettes pro­­duites à l’aide d’une im­­pri­­mante adé­­quate (20 € en ­­li­­gne), ou bien des éti­­quettes tex­­tiles ache­­tées en ligne.

N’hé­si­tez pas à consul­ter la page d’ac­cueil et la FAQ pour en sa­voir plus,

Organisation

logo de antipodae.fr

Je me suis consti­tué en au­to-­en­tre­pre­neur afin d’hé­ber­ger mes pro­jets ­per­son­nels sus­cep­tibles d’en­traî­ner des frais et des ren­trées fi­nan­cières. Mon ­nom de « s­cè­ne » est An­ti­po­dae. J’au­rais d’autres pro­jets à vous pré­sen­ter ­dans les mois à ve­nir.

Je crai­gnais un peu les frais re­la­tifs au sta­tut d’au­to-­en­tre­pre­neur, ­no­tam­ment le CFE (co­ti­sa­tion fon­cière des en­tre­pri­ses), mais il est pos­si­ble de se faire dé­gre­ver si on n’a pas de ren­trée fi­nan­cière.

Technique

Cô­té tech­ni­que, le site est dé­ve­lop­pé en Py­thon sur le fra­me­work ­Web2­py. Il est hé­ber­gé par la so­lu­tion Google App En­gine.

Le fra­me­work web2­py per­met en pre­nant en compte les contraintes de la ba­se ­NoS­QL de GAE, de dé­ve­lop­per une ap­pli­ca­tion qu’il est pos­sible d’hé­ber­ger sur ­GAE, mais aus­si de mi­grer sous un en­vi­ron­ne­ment plus clas­sique si ce­la s’avé­rait né­ces­saire. Cette so­lu­tion a été re­te­nue afin de ne pas s’en­fer­mer ­sur l’hé­ber­ge­ment GAE si ce­lui-­ci ne ré­pon­dait plus au be­soin.

Les tests sont dé­ve­lop­pés avec l’aide de Py­test et de Splin­ter qui s’ap­puie lui-­même sur Se­le­nium pour réa­li­ser les tests d’UI. L’in­té­gra­tion conti­nue est gé­rée par une ins­tance de Jen­kins.

Le ser­vice de paie­ment est four­ni par Stripe. Les ­tests d’in­té­gra­tion uti­lisent Vcr­py pour re­jouer les re­quêtes et les ­ré­ponses de Stripe afin de pou­voir ga­gner du temps et re­jouer les tests hors ­con­nexion.

L’en­voi de mail est une com­po­sante im­por­tante du ser­vice et est par ­con­sé­quent re­don­dé entre un ser­veur Exim gé­ré en in­ter­ne, le ser­vice Send­grid et le ser­vice d’en­voi de mail in­clus avec le ser­vice GAE en der­nier re­cours.

Site

Le ser­vice est com­po­sé de plu­sieurs sites iden­ti­ques, au nom près (rendre.­fr, b­back.org, kwi­jt.­nu,…). Toutes les images du site sont gé­né­rées à par­tir d’une ima­ge ­source au for­mat SVG, puis tra­duite en fonc­tion de la langue et du site de ­des­ti­na­tion en s’ap­puyant sur les moyens de tra­duc­tion four­nis par le ­fra­me­work web2­py. Par exemple pour le strip de la page d’ac­cueil :

image en français pour le site rendre.fr

Image en fran­çais pour le site rendre.­fr

image en anglais pour le site bback.me

Image en an­glais pour le site bback.me

No­tez dans l’exemple sui­vant que le nom de l’ob­jet sai­si par l’uti­li­sa­teur sur ­son écran est tra­duit.

image en français

Image en fran­çais pour l’en­re­gis­tre­ment d’un ob­jet

image en anglais

Image en an­glais pour l’en­re­gis­tre­ment d’un ob­jet

La trame du site est construite sur un tem­plate boosts­trap mai­son.

Conclusion

J’es­père que ce site ren­dra ser­vice. N’hé­si­tez pas à l’uti­li­ser et à me fai­re des re­tours.

Leave a comment
The name you want to show others