Lettre à Eva Joly

Je poste ici cette lettre à Eva Jo­ly, qui m’a tou­chée et qui fait écho à ­mon désar­roi de ne pas pou­voir vo­ter « ­pour » mais de de­voir vo­ter « ­con­tre »…

Chère Eva Joly, chère équipe des Verts et d’Europe écologie,
Si j’ai choisi de vous envoyer un petit mail, c’est parce que je suis, à l’approche du scrutin de dimanche, de plus en plus empreinte d’une certaine frustration…En effet, je m’apprête à voter non pas selon mon cœur, mais selon « la raison »; celle qui me pousse à tout faire pour que ne se reproduise pas la honte d’avril 2002 et pour que M. Sarkozy soit écarté. Car si j’écoute mon cœur, c’est à vous que je donnerais ma voix, comme je l’ai toujours fait depuis que je suis en âge de voter.
Mais depuis cinq ans, je suis tellement abasourdie et attristée par ce qui est fait que je me suis convaincue, dès le début de cette campagne, de voter “utile”… pour ne pas m’en vouloir plus tard, pour ne pas me dire que j’aurais dû tirer leçon des expériences passées…Le choix du cœur, je me suis dit que je le ferai au législatives.
Jusqu’à aujourd’hui, j’arrive à me tenir à ma décision, mais en faisant l’autruche, pour ne pas prendre le risque de céder à la tentation de voter “vrai”plutôt qu’utile.
Mais c’est dur…C’est dur de voter contre plutôt que pour, c’est dur de ne pas s’exprimer pleinement et honnêtement dans un pays où on a pourtant la chance de pouvoir le faire, c’est dur de se dire qu’on va donner sa voix à quelqu’un qui, sur beaucoup de points, ne vous convainc pas.Ce soir, j’ai lu votre profession de foi et je m’y retrouve complètement, je lis enfin les mots « tolérance », « apaisement », « réconciliation » qui me sont chers, je me prends à rêver du réel changement que votre élection pourrait entraîner, de la fierté que cela susciterait en moi d’appartenir à un pays qui a su faire le « vrai pas ». Demain, je sais que je vais vous écouter sur France Inter et que le pincement que je ressens au cœur va se manifester encore un peu plus…
Et pourtant, dimanche, je crois que je me tiendrai quand même à ma décision car de la politique actuelle, je n’en peux vraiment plus.
Je voulais néanmoins que vous sachiez quel serait mon vote de cœur.
J’aimerais aussi, dans le fond, que vous parveniez à me convaincre de le suivre…

J’es­père bien un jour, comme évo­qué dans un  billet pré­cé­dent sur les ­sys­tèmes de ­vote, a­voir la pos­si­bi­li­té de vo­ter « pour » plu­tôt que « contre ». N’hé­si­tez ­pas à par­ti­ci­per à l’ex­pé­ri­men­ta­tion d’un vote de ­va­leur  pour cette pré­si­den­tiel­le, qui ­se­ra peut-­être un pas dans la di­rec­tion d’un meilleur sys­tème de s­cru­tins.

Une escarmouche



Un « vieux » dessin fait après des discussions avec les filles sur le sens du mot « escarmouche »… Nos divagations nous avaient bien fait rire à l’époque. Puisse-t il vous apporter le sourire !

Des votes !

Les élec­tions ap­prochent et si j’en crois mon en­tou­ra­ge, il n’est pas ­fa­cile pour tout le monde de choi­sir quel bul­le­tin mettre dans l’ur­ne : « ­Faut-­il vo­ter uti­le ? », « Ah non, je vo­te­rai pour mon can­di­dat fa­vo­ri ­quoi­qu’il ar­ri­ve ! », « oui, mais quand mê­me, je ne veux pas voir le FN au se­cond tour ! »…

Mais au fait com­ment un 21 avril est-­il pos­si­ble ? Com­ment peut-­on avoir au se­cond tour un can­di­dat que moins de 18% des vo­tants veulent voir élu ?

Condorcet à la rescousse !image0

Cette problématique n’est bien sûr pas nouvelle et a été analysée par le marquis Nicolas De Condorcet en 1785 dans son « Essai sur l’application de l’analyse à la probabilité des décisions rendues à la pluralité des voix ». Il y montre notamment qu’une procédure de décision à la majorité des voix peut conduire à des résultats paradoxaux.
Le scrutin uninominal majoritaire à deux tours — notre système de scrutin pour la présidentielle — ne respecte pas le critère suivant dit « critère de Condorcet » : un candidat qui, confronté à tout autre candidat est toujours le gagnant ,doit être élu. Ce critère semble pourtant bien naturel ! Mais aujourd’hui, on risque au premier tour d’éliminer un candidat qui aurait pourtant gagné face à tous les autres candidats pris un par un.
Exemple :

Sur 21 élec­teurs :

  • 7 élec­teurs ont pour pré­fé­rence : A puis C puis B ;
  • 8 élec­teurs ont pour pré­fé­rence : B puis C puis A ;
  • 6 élec­teurs ont pour pré­fé­rence : C puis A puis B.

Avec un vote uni­no­mi­nal ma­jo­ri­taire à deux tours, le can­di­dat C est é­li­mi­né dès le pre­mier tour alors qu’il au­rait ga­gné son duel contre A (A : 7 et C : 14) et son duel contre B (B : 8 et C : 13).

Il est pos­sible que ce scé­na­rio soit proche de ce­lui du 21 avril 2002 ­qui a vu la pré­sence du FN au se­cond tour.

Alors, pourquoi utilise-t on ce mode de scrutin ?
Il faut dire qu’il a un énorme avantage : sa simplicité ! On sait en effet le mettre un œuvre assez facilement à l’aide de bulletins papiers et d’un dépouillement manuel, ce qui n’est pas le cas de tous les systèmes de vote.

Le bon système

Je suis dé­so­lé, car mal­gré le titre de cette sec­tion, il n’existe pas de ­bon sys­tème. Ken­neth Ar­row, un éco­no­miste amé­ri­cain, mon­tre­ra ­ma­thé­ma­ti­que­ment en 1951 avec son cé­lèbre théo­rème d’im­pos­si­bi­li­té qu’il n’existe au­cun sys­tème élec­to­ral qui per­mette in­dis­cu­ta­ble­ment et ­dé­mo­cra­ti­que­ment de trans­for­mer des choix in­di­vi­duels en choix ­col­lec­tif, tout en pré­ser­vant un cer­tain nombre de cri­tères rai­son­na­bles (­du type du cri­tère de Condor­cet).

Mais alors ? Sommes-­nous ré­duit à de­voir uti­li­ser des sys­tèmes de vo­te ­qui n’ont pas de jus­ti­fi­ca­tions ma­thé­ma­tiques so­lides et qui n’ont ­par­fois pas plus de va­leur qu’un lan­cé de dès ?

Des systèmes pas trop mauvais

La si­tua­tion n’est pas aus­si ca­tas­tro­phique qu’il n’y pa­rait. S’il n’existe pas de “bon sys­tè­me”, il existe tout de même plu­sieurs sys­tè­mes “­pas trop mau­vais” qui, à dé­faut de res­pec­ter tous les cri­tères d’Ar­row, en res­pectent une bonne par­tie, et no­tam­ment ceux qui - comme le cri­tè­re de Condor­cet - pa­raissent les plus im­por­tants.

Le marquis de Condorcet proposa ainsi une méthode de vote qui s’avère plus équitable que le scrutin uninominal à deux tours, mais qui a pour inconvénient d’être difficile à mettre en œuvre, à moins d’utiliser un système de vote électronique. Elle demande en effet aux votants de comparer les candidats deux à deux…
Jean-Charles de Borda, mathématicien, physicien, politologue et marin français, contemporain de Condorcet, formalisa en 1770 une méthode de vote qui consiste à attribuer un score à chaque candidat. Le candidat gagnant est alors celui qui cumule le plus grand score. Il existe un certain nombre de variantes regroupées sous le vocable de vote par notation.

Exemple de mise en œuvre :

Ima­gi­nons que quatre villes soient sol­li­ci­tées pour dé­ter­mi­ner la vil­le où se­ra construit l’hô­pi­tal de leur can­ton.

Ima­gi­nons d’autre part que la ville A re­groupe 42 % des vo­tants, la ­ville B 26 %, la ville C 15 % et la ville D 17 %.

Il est cer­tain que chaque ha­bi­tant sou­hai­te­rait que l’hô­pi­tal soit le ­plus proche pos­sible de sa ville. On ob­tient donc les ré­sul­tats de vo­te ­sui­vant, où les 42 % des vo­tants de la ville A mettent en pre­mier la ­ville A, puis en se­cond la ville B qui est moins éloi­gnée que la ville C et D, et ain­si de sui­te…:

Ville A (42 %) Ville B (26 %) Ville C (15 %) Ville D (17 %)
  1. Ville A
  2. Ville B
  3. Ville C
  4. Ville D
  1. Ville B
  2. Ville C
  3. Ville D
  4. Ville A
  1. Ville C
  2. Ville D
  3. Ville B
  4. Ville A
  1. Ville D
  2. Ville C
  3. Ville B
  4. Ville A

Ce qui conduit au dé­compte de points sui­vant (le pre­mier ob­tient 4 ­points, le se­cond 3 points, le troi­siè­me, 2 points et le der­nier 1point) :

Ville 1re 2e 3e 4e Points
A 42 0 0 58 226 (=42*4+58*1)
B 26 42 32 0 294 (=26*4+42*3+32*2)
C 15 43 42 0 273
D 17 15 26 42 207

Alors qu’un vote à la ma­jo­ri­té au­rait conclu à une construc­tion de l’hô­pi­tal dans la ville A, le choix se porte avec la mé­thode de Bor­da ­sur la ville B.

Et les questions ?

Les ques­tions ? Oui, les ques­tions qui ont ser­vi d’in­tro­duc­tion à ce ­pe­tit billet et à ce que vous pou­vez en­tendre au­tour de vous, comme par exemple « Faut-­il vo­ter utile ? ». Et bien les voi­là éra­di­quées ! Avec un sys­tème de vote par no­ta­tion, vous pou­vez vous ex­pri­mer à vo­tre ­con­ve­nance pour le can­di­dat que vous sou­hai­tez éli­re, pour les can­di­dats que vous ac­cep­te­riez éven­tuel­le­ment de voir élus, et vous pou­vez aus­si ­nom­mer les can­di­dats dont vous ne pour­riez sup­por­ter de su­bir les in­con­sé­quences crasses.

Une expérience pour 2012

Un de mes cousins a porté récemment à ma connaissance une initiative intéressante pour l’élection de 2012 qui propose aux citoyens de participer, parallèlement aux élections officielles, à une élection selon un système de notation similaire au système de Borda : le vote de valeur. L’initiative est consultable sur le site http://www.votedevaleur.org et a pour objectif une comparaison scientifique d’un scrutin uninominal à deux tours et d’un système avec vote de valeur.
Je vous encourage fortement à y participer. On peut espérer que ça ouvre la voie à la mise en place d’un système de vote plus représentatif que le mode de scrutin actuel.

Le vote électronique ?

Pour fi­nir, un der­nier mot sur la pro­blé­ma­tique du dé­pouille­ment des ­votes. Pour un scru­tin ma­jo­ri­tai­re, on sait faire. Ça se passe à peu ­près bien et dans des dé­lais rai­son­nables. La pré­sence d’ob­ser­va­teurs ­tiers per­met de li­mi­ter les er­reurs ou les bour­rages d’urnes !

La méthode de vote proposée par Condorcet n’est par contre pas adaptée à ce style de dépouillement en raison du grand nombre de bulletins et de calculs nécessaire à l’obtention du résultat final. À notre époque, il est tentant de faire appel aux ordinateurs pour traiter toutes ces données — après tout, le traitement de grande quantité de données est bien leur raison d’être !
Mais, car il y a un « mais », les ordinateurs sont très sensibles aux erreurs de programmation, aux virus, aux hackers;… Il est tellement facile de tricher avec des ordinateurs qu’on se demande encore comment des élections peuvent aujourd’hui utiliser des machines à voter, et qui plus est, dans des démocraties !
Bref, un changement de processus électoral ne pourra être réalisé que si une technique manuelle de dépouillement peut être mise en œuvre. L’initiative référencée ci-dessus propose quelques pistes.

NO_TITLE

Ci-­des­sous une pe­tite ani­ma­tion créée par ma deuxième fille… J’avoue que j’aime bien !

Learn more about this project

Si l’ani­ma­tion ci-­des­sus ne marche pas, vous pou­vez es­sayer en cli­quant sur l’image ci-­des­sous :

Scratch Project

L’ani­ma­tion a été réa­li­sée à l’aide du lo­gi­ciel Scratch du MIT qui per­met de faire de la pro­gram­ma­tion gra­phi­que…

Journalisme, politique, mensonges et démocratie

« Les journalistes ne croient pas les mensonges des hommes politiques, mais ils les répètent ! C’est pire ! » — Coluche
©sau­va­geon­ne, cc-­by_nc-­nd
Permettez-moi tout d’abord, de remercier la région PACA qui par son sous-équipement chronique en terme de transport en communPar exem­ple, la ligne SNCF Aix-­Mar­seille (36km entre deux villes qui consti­tuent une aire ur­baine  de plus d’un mil­lion six-­cent milles ha­bi­tants ) était il y a peu une voie unique non élec­tri­fiée. Elle est au­jour­d’hui par­tiel­le­ment dou­blée., me per­met chaque ma­tin d’écou­ter pen­dant une à deux heures la ra­dio dans l’am­biance pai­sible et bu­co­lique des em­bou­teillages pro­ven­çaux.

C’est dans ce cadre et en pleine affaire des Roms, lundi 6 septembre dernier, que j’écoutai le nouveau Patrick Cohen sur la matinale de France-Inter avec son invité, François Fillon.Ce dernier y a proféré un certains nombre de propos qui m’ont interpellés d’autant plus qu’ils ont été superbement ignorés de l’animateur. J’ai noté par exemple, l‘assimilation d’une évacuation d’un terrain à Lille avec les expulsions de Roms à la frontière et l’entretien de la confusion entre Roms et Roumains…

Je pense que c’est à cet instant que je me suis pour la première fois posé la question d’un possible impact négatif du journalisme sur la démocratie.

Jusqu’à maintenant, j’étais persuadé que le journalisme et son indissociable indépendance, sont indispensables à une bonne santé démocratique. Mais tout à coup je me suis rendu compte qu’il y a journalisme et journalisme.

En particulier, je ne peux pas imaginer un rôle positif dans la démocratie au journalisme épinglé par Coluche, qui contribue à la propagation d’erreurs, ou de mensonges proférés par nos homme politiques. « Des mensonges ? Comme-il y va » pensez-vous.

Je vais me permettre ici une toute petite énumération relevée ces dernières années :
Ceci étant dit, que peut-on faire ? Les journalistes n’auront que rarement les moyens de s’entourer des experts qui sauront réfuter à la seconde les chiffres imaginaires brandis par l’interviewé, qui se voit bien heureux d’avoir carte blanche pour débiter mensonges et petites erreurs qui feront douter les auditeurs.

Je vois deux solutions :
  1. in­ter­dire les émis­sions en di­recte et ne pu­blier que des émis­sions mon­tées et cor­ri­gées des chiffres pour les­quels la source est don­née,
  2. mettre en place un sys­tème d’ex­ter­na­li­sa­tion ou­verte  (­crowd­sour­cing), per­met­tant de re­mon­ter en temps-­réel, ou pres­que, les énor­mi­tés é­non­cées par les in­vi­tés des émis­sions en di­recte. Ce sys­tè­me, re­po­sant sur une large base de bé­né­voles et pas­sion­nés, per­met­trait aux jour­na­listes de re­bon­dir très ra­pi­de­ment après les va­ti­ci­na­tions de l’in­vi­té mais aus­si aux au­di­teurs de se faire ra­pi­de­ment une idée de la qua­li­té des pro­pos énon­cés.
La première est illusoire. Pour la deuxième, rien n’existe aujourd’hui à ma connaissance. Un futur billet appronfondira (ou pas) les limites du sujet.

Street photos — « Carnaval de La-Tour-d’Aigues »


I fi­­nal­­ly   de­­ci­­ded   to pu­­bli­­sh  some of my   pho­­to­s.

As I need to sort a lot of them,  I star­­ted with   those al­­rea­­dy  online and   whi­­ch, being   ta­­ken   while   a pu­­blic event,   are pu­­bli­­shable   wi­­thout   as­­king too ma­­ny   ques­­tions …



car­na­val_2011


These pho­­­tos   are pu­­­bli­­­shed un­­­der   the   cc-­­by-­­sa   li­­cense, which al­­lows them to  be reu­­­sed   pro­­­vi­­­ded   they are at­­­tri­­­bu­­­ted to my­­­self and that any  re­­­dis­­­tri­­­bu­­­tion being done un­­­der the same li­­­cenceI   em­­­pha­­­zise   this be­­­cause   I had the great   plea­­­sure to find   these pho­­­tos   in the muni­­­ci­­­pa­­­li­­­ty news­­­pa­­­per,   un­­­for­­­tu­­­na­­­te­­­ly wi­­­thout   any re­­­fe­­­rence to   the source of the  pho­­­to­s…

Photos de rue — Carnaval de La-Tour-d’Aigues

Je me suis en­fin dé­ci­dé à pu­blier, dans le sens « rendre pu­blic », quelques unes de mes pho­to­s.

Comme j’ai un gros tri à fai­re, je com­mence par celles qui sont dé­jà en lignes et qui, étant prises dans le cadre d’une ma­ni­fes­ta­tion pu­bli­que, sont pu­bliables sans avoir à se po­ser ­trop de ques­tions…

carnaval_2011
Ces photos sont publiées sous la licence cc-by-sa qui spécifie qu’elles peuvent être réutilisées à condition de citer l’auteur et en cas de redistribution, de garder la même licence. Je précise ce point, car j’ai eu le grand plaisir de retrouver ces photos dans la feuille de choux de la municipalité, malheureusement sans la moindre référence à l’origine des photos…

Spectacle de cirque


L’étrange Canard de la rue Chapito

Oyez oyez les amis,
venez tous nous aider à retrouver le Canard de la rue Chapito,
le lundi de Pentecôte 13 juin 2011 à 17 heures !
Evitez les bouchons de ce long week-end en rentrant plus tôt pour venir nous voir !!!!

Après les triomphes (presque) internationaux de “Expérience numéro 7”, “Peter Pan” et “Escale à tort et à travers”,
l’Atelier de Création Cirque est heureux de vous présenter son nouvel Opus,
un spectacle toujours en chantier et non terminé,
mais vous avez tellement l’air d’aimer cela,
alors on vous prévient un peu au dernier moment pour ne pas être obligé de refouler trop de monde !

C’est bien sûr cette fois encore ouvert à tous, n’hésitez donc pas à inviter amis et famille ! 
Le spectacle est gratuit mais ce serait bien de mettre quelque chose dans la corbeille, ou le chapeau, ou la chaussette qui vous attendra à la sortie…

Le cha­pi­teau se trouve der­rière le Dé­cath­lon de Bouc-­Bel-­Air, sur la Na­tio­nale 8. 
Ac­cès cô­té parc de loi­sir, en tra­ver­sant toute la ga­le­rie du ma­ga­sin ou par l’en­trée plus di­recte du par­king au Sud.


France, pays des droits de l’homme…

Que nous sommes fiers de cette appellation !

Qui n’a éprouvé ce petit frisson satisfait en lisant dans la presse ou dans un livreJe re­pense par exemple au li­vre  « Le temps des Mi­racles »  de Anne-­Laure Bon­doux, que je vous conseille !
l’ex­pres­sion connue et re­con­nue :  « France, pays des droits de l’homme…Ta, ta, ta !  ». 


Les discours de notre cher président y font par ailleurs amplement référence (voir les résultats de la recherche « droits de l’homme » sur le site de l’Élysée) et certainement pas de manière désobligeante.


Aussi, j’ai eu quelque surprise en lisant le twit de l’Élysée et le communiqué de presse associé, qui disent en substance :
…[Ben Laden a été tué] à la suite d’une remarquable opération de commando américaine au Pakistan. …  
Pour ces victimes, justice est faite. Ce matin, la France pense à elles et à leurs familles.
Je me permettrais juste de mettre en parallèle l’article 11 de la déclaration universelle des droits de l’homme :
Toute per­sonne ac­cu­sée d’un acte dé­lic­tueux est pré­su­mée in­no­cente jus­qu’à ce que sa culpa­bi­li­té ait été lé­ga­le­ment éta­blie au cours d’un pro­cès pu­blic où toutes les ga­ran­ties né­ces­saires à sa dé­fense lui au­ront été as­su­rées
C’est assumé. Ça n’a pas été repris et corrigé comme l’Élysée sait le faire lorsque les discours opportunistes de notre président vont trop loin (voir à propos de la loi Hadopi, une analyse du discours et de la dépèche AFP associée et une analyse du démenti de l’Élysée).

Voilà, France pays des droits de l’homme, l’assassinat est reconnu par ton président comme permettant de rendre justice. C’est assurément une vision digne de la grandeur que nous donne la déclaration universelle des droits de l’homme, et qui donne des perspectives intéressantes à la société française.

Bref, tout va bien…

Dans le même re­gis­tre, la France a été condam­née par la CEDH pour :
Et quand la cours de cas­sa­tion ­dé­cla­re que la garde à vue à la fran­çaise  n’est pas conforme à la conven­tion eu­ro­péenne des droits de l’hom­me, la Fran­ce  s’au­to­rise 6 mois  de non confor­mi­té en connais­sance de cause.

Lil Buck and Yo-Yo Ma

C’est un billet marque page avec peu de valeur ajoutée de ma part, mais cette vidéo m’a laissé bouche-bée. Aussi je ne résiste pas à l’envie de la faire partager.